Consommer local ?

« Consommer local » est un slogan qui a le vent en poupe…
Globalement, le locavorisme encourage les consommateurs à acheter, à moins de 150 km de chez soi, des produits frais et de saison.

En consommant local, on participerait donc à la réduction de la pollution et des coûts énergétiques liés aux transports, à la limitation des emballages ; la pratique favoriserait l’économie locale et garantirait une meilleure indemnisation des producteurs en limitant au maximum les intermédiaires ; elle permettrait en outre de lutter contre le gaspillage par une meilleure gestion des quantités ; l’agriculture de proximité participerait à l’entretien paysager et au maintien de la biodiversité ; enfin, consommer local serait tellement mieux pour notre santé, puisque consommer frais préserve toutes les qualités nutritionnelles des aliments…


Réduction de la pollution et des coûts énergétiques…
Vraiment ?

Pays de production laitière, les exploitants agricoles du coin  abreuvent un certain nombre de fois leurs cultures (céréales et prés de fauche) de cocktails chimiques destructeurs (pensez toujours que la plupart des produits phytosanitaires ont un suffixe en -cide !).
Ces cultures sont la base de l’alimentation des vaches laitières.
Pensez-vous qu’il n’y aurait pas, dans le lait dont on fait notre emblématique comté, de résidus de ces pesticides, fongicides, engrais et même « raccourcisseurs »  ?
Et par conséquent que notre santé ne risque rien ?
(voir le sujet d’actualité du taux élevé de glyphosate dans les urines des parlementaires européens)

local_01Intéressée par la botanique, j’ai un jour découvert cette étrange plante au bord d’un champ de céréales (de celles qu’on donne aux vaches qui produiront le lait du comté).
Comme je n’ai pas pu l’identifier, j’ai soumis mes clichés indépendamment à deux botanistes de la fac de sciences de Besançon…
Verdict de l’un et de l’autre : plante non identifiable qui a subi des mutations très probablement dues aux pesticides !

Quant au maintien de la biodiversité par l’entretien du paysage…
La valeur écologique et quelques fois patrimoniale des haies est connue… mais aucune loi ne les protège vraiment et leur préservation est soumise aux volontés locales. Sur le territoire alentour, les haies sont régulièrement sévèrement élaguées, voire arrachées.

 local_04     local_05
Aux Terres de Chaux, avec haie version géoportail, sans haie version terrain, en mai 2016…

Alors non, décidément, consommer local dans ces conditions ne me convient pas du tout…

L’alternative existe cependant… à suivre !  🙂

Publicités

A propos Gen.G

Franchement Comtoise et curieuse de Nature
Cet article a été publié dans Agriculture, Biodiversité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s