Récoltes d’avril

L’ail des ours figure parmi les premières récoltes sauvages de l’année. Facilement identifiable visuellement et olfactivement, la cueillette est rapide.
Il se décline en une multitude de recettes crues ou cuites : salade, légume, condiment (en ‘persillade’, pesto, boutons floraux confits au vinaigre), accompagnement…

Feuilles, boutons floraux et bulbes sont comestibles.

ail des ours


L’ortie est mon herbe printanière préférée !
Quand on connaît son système de défense, elle se laisse apprivoiser à mains nues presque sans représailles (uniquement si on se laisse aller à la distraction)…
En mesclun, condiment, légume frais, velouté, elle laisse tomber ses défenses pour beaucoup de douceur…

Préférer les jeunes pousses printanières, pour leurs qualités de texture et minérales.

orties

Ail des ours et ortie sont réputés pour leurs propriétés médicinales et se consomment également en infusion.

Publicités

A propos Gen.G

Franchement Comtoise et curieuse de Nature
Cet article a été publié dans Récoltes sauvages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Récoltes d’avril

  1. Hélène dit :

    Tu aurais des recettes à nous présenter ?? 😉
    Merci

    J'aime

  2. Mireille dit :

    Une cure printanière d’ail des ours…. c’est fabuleux!!!
    La récolte se poursuit par ici….je ne m’en lasse pas!

    J'aime

  3. le gauchiste dit :

    Je n’ai jamais goûté d’ail des ours, je le mets dans ma liste de trucs à faire avant de mourir 🙂
    Pour l’ortie, il faut le voir comme n’importe quel légume, une fois cuit, il ne fait plus mal. Soupe (avec un peu de pommes de terres ou de crème fraîche si vous en mangez), ou simplement comme des épinards. Une texture curieusement très « sèche » (un peu comme du papier) qui accompagne bien quelque chose de plus doux (une sauce épaisse est idéale).

    J'aime

    • Gen.G dit :

      Même crue l’ortie est inoffensive, à condition d’avoir consciencieusement cassé ses tubes de silice par écrasement. J’en fais systématiquement gouter les pointes aux enfants qui ne connaissent pas et qui osent. Et ils adorent ! Ils peuvent aussi se vanter auprès des adultes dubitatifs d’avoir mangé des orties crues… 😉
      Au printemps on en donnait des fraîchement fauchées aux poules pour les reminéraliser. Au bout d’un quart d’heure, en commençant à se faner, l’ortie perd une grande partie de son pouvoir urticant.
      A propos de la texture, en choisissant les jeunes pousses et en ne prélevant que les dix premiers centimètres, on est sûr d’avoir un légume très tendre.
      Chouette, c’est bientôt la saison ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s